Archives de l’auteur : Marine Chaudron

Le fantasme de la geisha

La maiko Fumino lors de son misedashi, le début de son apprentissage officiel de geisha. © Joe Baz

La maiko Fumino lors de son misedashi, le début de son apprentissage officiel de geisha. © Joe Baz

Du point de vue de l’Occident, la geisha fait partie de ces voluptés orientales sur lesquelles mystères et fantasmes se déploient ouvertement. C’est un être féminin extrêmement sensuel, issu d’une époque révolue, et qu’on ne peut trouver ailleurs qu’au Japon. En ce sens, la geisha est associée à un espace spatio-temporel fantasmagorique. Hors du rêve pourtant, la geisha, telle que les Occidentaux se la représentent, existe bel et bien. Elle est une personne vivante et tangible, en bref, réelle. Enfin presque.

Continuer la lecture

Vidéo Rap Saigon : vis ma vie d’expat à Saigon

Le 28 septembre dernier, une vidéo mise en ligne sur Youtube a fait le buzz dans la bulle saigonnaise et sur les réseaux sociaux. Intitulée Rap Saigon, elle met en scène une jeune expatriée rappant à propos de la vie quotidienne dans la ville.

Continuer la lecture

Oppa Vietnam style

Il m’aura fallu du temps avant de parler enfin du pays dans lequel je vis depuis plusieurs mois, le Vietnam. Du temps pour se découvrir, s’apprivoiser, et sûrement pour s’habituer l’un à l’autre. Aujourd’hui, je crois que nous nous entendons bien. J’ai donc décidé d’en parler ici, sur ce blog dédié à la culture car, il faut bien le dire, être expatrié, c’est justement tomber en plein milieu d’une nouvelle culture.

Continuer la lecture

Le Taj Mahal, palais d’un amour

Taj thumbnail

Taj Mahal. Dynastie moghole, règne de Shah Jahan, 1632-1648. Marbre, pierres précieuses et semi-précieuses. Agra, Uttar Pradesh, Inde.

Mon nom est Arjumand Banu Begum mais on me surnomme Mumtaz Mahal, « la merveille du palais ». Je suis l’épouse d’un grand empereur moghol, Shah Jahan. Il a de nombreuses femmes mais moi c’est différent. Nous nous aimons éperdument depuis le premier regard. Je ne peux vivre sans lui et le suis donc dans toutes ses conquêtes militaires. Je ne reculerais devant rien pour rester à ses côtés.

Continuer la lecture

Body says more than words: Samson and Delilah

Samson & Delilah 4

Samson & Delilah © Mark Rogers

When it hit the screens in 2009, Warwick Thornton’s first full-length’s Samson & Delilah had already won the Camera d’or at Cannes and was already turning heads. And what everyone was talking about, was, precisely, the lack of dialogue in this « real Aboriginal movie ». As we discovered it’s not that Thornton doesn’t like chatting, but he may have shown another form of human communication.

Continuer la lecture

La Bretagne et les peintres, images d’un stéréotype

Paul Gauguin, Les Quatre Bretonnes, 1886. Huile sur toile, 71,8 x 91,4 cm. Neue Pinakothek, Munich.

Paul Gauguin, Les Quatre Bretonnes, 1886. Huile sur toile, 71,8 x 91,4 cm. Neue Pinakothek, Munich.

Avant de partir s’installer définitivement à Tahiti en 1895, Paul Gauguin séjourne plusieurs fois en Bretagne. Loin d’être le seul, il illustre une tendance propre au 19e siècle. De nombreux peintres s’y rendent pour s’inspirer de son authenticité dans le sens le plus pittoresque du terme. Ils contribuent à l’élaboration d’un stéréotype visuel global qui persiste encore à l’heure actuelle.

Continuer la lecture

« It’s a man’s country, sweetheart »

Wake in fright
Wake in Fright, 1971, by Ted Kotcheff. NLT Production. 1’10’’30

“Have a drink, mate?” may be the most popular question in Australia. Well, at least it seems when you watch some 1970s Australian movies. Not only does drinking seem to hold a major role in social relationships, but calling others “mate” embodies one of the most important aspects of Aussies’ culture: companionship. For better and for worse, apparently.

Continuer la lecture

Quand France Culture parle de football

© AFP/Lionel Bonaventure

© AFP/Lionel Bonaventure

Hier soir mardi 19 novembre,  l’équipe de France de football battait l’Ukraine 3 à 0. Une victoire qui faisait suite à de nombreux échecs, à une grève-éclair, bref à une certaine déception. Le match d’hier soir remporté par les Français a donc provoqué une vague d’euphorie dans tout le pays. Une fois n’est pas coutume, les médias se sont emparés de l’info, à tel point qu’il n’y a pas un canard ce matin qui n’évoque les Bleus.

 

France Culture ne fait pas l’exception, mais sa chronique « L’invité des matins » offre un regard plus sociologique et certainement plus intéressant sur ce sport ultra populaire. Marc Voinchet et Xavier Delaporte y reçoivent Pierre-Louis Basse, ancien journaliste sportif à Europe 1, Renaud Dély, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, et Stéphane Régy, rédacteur en chef du magazine So Foot. Ils évoquent ensemble le retournement de veste du public, dont les Bleus étaient la risée il y a encore quelques jours et qui aujourd’hui, les acclame en héros nationaux. Les cinq journalistes soulignent également l’idée que le football français n’est pas seulement un sport mais le reflet de toute une société. L’occasion, pour ceux qui aiment mais aussi, et surtout, pour ceux qui détestent le football, de voir ce sport autrement qu’à travers le prisme de la surenchère de la victoire.

Marine Chaudron