Archives de catégorie : Cinéma

Body says more than words: Samson and Delilah

Samson & Delilah 4

Samson & Delilah © Mark Rogers

When it hit the screens in 2009, Warwick Thornton’s first full-length’s Samson & Delilah had already won the Camera d’or at Cannes and was already turning heads. And what everyone was talking about, was, precisely, the lack of dialogue in this « real Aboriginal movie ». As we discovered it’s not that Thornton doesn’t like chatting, but he may have shown another form of human communication.

Continuer la lecture

« It’s a man’s country, sweetheart »

Wake in fright
Wake in Fright, 1971, by Ted Kotcheff. NLT Production. 1’10’’30

“Have a drink, mate?” may be the most popular question in Australia. Well, at least it seems when you watch some 1970s Australian movies. Not only does drinking seem to hold a major role in social relationships, but calling others “mate” embodies one of the most important aspects of Aussies’ culture: companionship. For better and for worse, apparently.

Continuer la lecture

L’imagerie de Boris Vian par Michel Gondry

Affiche Ecume des jours

Avec son adaptation de L’Ecume des jours de Boris Vian, le réalisateur français Michel Gondry met des images sur les mots de l’écrivain. Entre onirisme, surréalisme et poésie, la prose imagée de Vian se prête bien au jeu du grand écran. Le film quant à lui, peine à dépasser la seule mise en image.

Univers onirique

Les premières minutes donnent le ton du film. Colin, interprété par Romain Duris, effectue son rituel matinal et tout semble absurde, de la baignoire évacuée à coups de perceuse à la coupe des paupières du héros. L’univers visuel que développe Michel Gondry est en fait à l’image de celui décrit par Boris Vian dans son roman paru en 1947. L’adaptation relève ici davantage de l’illustration. Il faut dire que le texte de L’Ecume des jours regorge de calembours loufoques qui se prêtent parfaitement au jeu du grand écran. Colin, qui vit avec Nicolas (Omar Sy), son cuisinier et maître à penser, évolue dans un appartement peuplé de machines bizarres et de jeux de mots improbables.

Continuer la lecture

Festival Films de femmes à Créteil : entretien avec Jackie Buet

Jackie Buet 2

Jackie Buet © Marine Chaudron

La 35ème édition du festival Films de femmes lève son rideau ce vendredi 22 mars pour dix jours. Fondatrice et directrice de l’évènement, Jackie Buet revient sur la lutte qu’elle mène depuis toutes ces années pour l’égalité des femmes dans le milieu du cinéma.

Qu’est-ce qui vous a menée à la création de ce festival ?

Cet évènement a deux profondes racines. D’une part, mon goût pour la culture et plus particulièrement les images. De l’autre, mon engagement dans la lutte pour l’égalité des droits. J’appartiens à la génération des féministes du milieu des années 70…

[Lire la suite sur 94 Citoyens]

Marine Chaudron