Archives par étiquette : Maison des Arts et de la Culture

Festival Kalypso : entretien avec Mourad Merzouki

© Michel Cavalca

© Michel Cavalca

De la rue à la scène, le hip-hop n’a eu de cesse de s’affirmer depuis sa naissance il y a déjà 40 ans. Du 16 au 30 novembre à Créteil, il fait l’objet d’un nouveau festival, Kalypso. Initié par le directeur du Centre chorégraphique national (CCN) de Créteil, Mourad Merzouki, ce projet a pour but de faire découvrir au public des compagnies, jeunes ou non, mais aussi des lieux de représentation. Entretien avec ce chorégraphe, auteur de 21 spectacles.

Mourad Merzouki © Michel Cavalca

Mourad Merzouki © Michel Cavalca

Qu’est-ce qui différencie le hip-hop des autres danses ?

Le hip-hop est une danse généreuse : il s’adresse à tous. Né dans la rue de la manière la plus démocratique qui soit, il évolue en continu entre elle et la scène. Aussi, il puise ses sources et ses ressources dans la vie quotidienne. Il est très proche de la société dans laquelle il vit, et selon moi, un véritable reflet de notre monde. Pour toutes ces raisons, la danse hip-hop est unique en son genre, et peut concourir au dialogue entre les arts et le public.

[Lire la suite sur 94 Citoyens]

Marine Chaudron

Natures artificielles : quand l’art se mesure aux éléments

Natures artificielles 2

Hydrogeny d’Evlina Domnitch et Dmitry Gelfand © Marine Chaudron

Qui n’a jamais rêvé de contrôler les éléments ? L’exposition Natures artificielles, qui se tient jusqu’au 14 avril à la Maison des arts et de la culture de Créteil dans le cadre du festival Exit, relève le défi. Résultat : une expérience déroutante et multi-sensorielle pour le visiteur.

Entre une éclipse projetée sur un mur (Felicie d’Estienne d’Orves), un nuage à écouter et à voir bouillonner à ses pieds (Gaybird),  une diffraction poétique des particules de lumière (Evelina Domnitch et Dmitry Gelfand), les 27 artistes présentés n’hésitent pas à recréer les éléments, décomposer la matière ou encore mesurer l’impact de l’homme sur le monde. Imitation, déformation ou rejet, la nature est source inépuisable d’inspiration… [Lire la suite sur 94 Citoyens]

Marine Chaudron

Panorama, la compilation live de Philippe Découflé

Panorama © Christian Berthelot

Panorama © Christian Berthelot

Avec Panorama, Philippe Découflé décloisonne. Sa carrière tout d’abord, puisqu’il présente dans ce melting pot des séquences tirées de ses spectacles passés. Mais aussi les disciplines. Danse certes, mais aussi théâtre, chant ou encore cirque, tous les arts vivants sont sur scène. Avec une seule question en filigrane : qu’est-ce que le corps ?

Une quinzaine de séquences se succèdent. Chacune d’elles met le corps des danseurs à l’épreuve, comme pour en définir les limites. Les nombreuses chutes d’abord, rappellent que sans vie, celui-ci n’est rien d’autre qu’une masse inerte. Alors sur scène, les interprètes font aller et venir leurs énergies internes, passant d’un état à un autre. Les chutes font également écho à la notion de gravité qui le cloue à la terre ferme. Que se passerait-il si le corps était indépendant de la pesanteur ? Grâce à un système de corsets et d’élastiques propre au cirque, Découflé lance une réponse chimérique. Le couple d’amoureux tente en vain de s’envoler pour rejoindre le reste de l’humanité mais retombe, inlassablement, sur la mosaïque bleutée. L’amour ne semble pas suffire à atteindre le septième ciel.

Continuer la lecture